Concept
Seras-tu le meilleur
improvisateur de France ?
Le 18 novembre au Bataclan (Paris), Red Bull Dernier Mot rassemblera les meilleurs MCs de l’Hexagone pour un battle d’un nouveau genre. Le but ? Avoir le dernier mot !

Enraciné dans la culture des battles de rap, Red Bull Dernier Mot ravive les fondamentaux de la discipline et met les MCs face à leurs propres limites : exit les attaques faciles ou les rimes préparées à l'avance ; ici, les sujets sont imposés et dévoilés en direct pendant le battle.

Savoir rimer est une chose mais improviser en est une autre, ce qui fait de Red Bull Dernier Mot un challenge particulièrement original : au-delà de la rime, c'est avant tout la vivacité d'esprit et le sens de l'improvisation qui comptent. Les compétiteurs qui montent sur scène n'ont qu’une seule option : réagir en direct, répondre sur l’instant, inventer en une seconde la rime qui fait mouche tout en respectant le sujet.

Red Bull Dernier Mot, c’est la rime sans filet, un croisement inédit entre le clash et l’improvisation - deux disciplines rarement réunies dans un seul et même contest !

L’art d’avoir toujours raison

Lorsqu'ils montent sur scène, les MCs - qui s'affrontent deux par deux - ne savent pas de quoi le battle sera fait : sur un grand écran, s'affichent alors aux yeux de tous des mots ou des images qui seront les seuls sujet valables aux yeux d'un jury impitoyable - et d'un public qui réagit en direct.

Suivant la règle millénaire du « pile ou face », c’est l’un ou l’autre des MCs qui lance l’assaut : le premier attaque et le second répond, mais tous deux doivent faire preuve d'une réactivité maximale pour enchaîner les rimes durant ces battles éclairs - de 60 à 120 secondes selon les rounds.

Et le challenge est de taille : seriez-vous capable d'improviser au sujet d'un panneau de signalisation routière ? D'un billet de 5 euros ? D'un portrait de Donald Trump ou d'un jouet pour enfant ?

Même si certains rounds se jouent sur sujet libre, le défi reste le même et la pression ne retombe jamais : la créativité doit être immédiate, l’originalité constante, l’improvisation permanente.

Etre un pro de la rime ne suffit pas : s'il faut être vif et bon rimeur, il faut aussi être capable d'interpréter sa rime pour enflammer la salle. La technique est une chose ; la prestance en est une autre.

Ni battle de rap ni concours d'éloquence, ni grand oral ni concours de rimes, Red Bull Dernier Mot tient du rap autant que du théâtre, de la plaidoirie autant que du concours d'impro. Ouvert à tous - rappeurs, slameurs, plaideurs, comédiens, menteurs, moqueurs ou freestylers mais avant tout beaux-parleurs… - Red Bull Dernier Mot est ce contest unique en son genre qui pourrait voir un avocat habitué des prétoires envoyer au tapis une star du rap un peu trop sûre d'elle ; mais aussi un parfait outsider rafler d’improbables lauriers face à cet avocat. Puisque seuls comptent l'agilité verbale, le sens de l’improvisation et l'éloquence.

C’est ça, Red Bull Dernier Mot. L’habit ne fait pas le mot...

RDV le samedi 18 novembre pour la finale au Bataclan à Paris.

Infos et billetterie

Red Bull Dernier Mot est soumis à des règles strictes : attaque ou réponse, sujet libre ou imposé et timing serré.

Les 16 participants s’affronteront selon les règles suivantes :

  • 8e de finale : chaque participant dispose de 60 secondes pour improviser sur les thèmes qui défilent à l'écran. Les 8 meilleurs accèdent au ¼ de finale.
  • ¼ de finale : chaque participant dispose de 60 secondes pour improviser sur les thèmes qui défilent à l'écran. Les 4 meilleurs accèdent à la ½ finale.
  • ½ finale : les MCs s'affrontent à l’occasion d’échanges (passe-passe) de 4 rimes chacun sur un thème libre durant 2 rounds. Les 2 meilleurs accèdent à la finale.
  • Finale : la finale se joue en 3 rounds. Durant les deux premiers rounds, chaque MC improvise durant 60 secondes sur un thème imposé. Le 3e et dernier round se joue en passe-passe de 4 mesures par MC, durant 120 secondes.

Face à un jury composé d'experts, les MCs seront jugés sur quatre critères fondamentaux :

  • Créativité : capacité à produire des rimes inattendues, à impressionner un jury composé d’experts rompus à ce genre d’exercices.
  • Rythme : le battle est un combat musical. Le MC doit faire preuve de rythme et de musicalité, faire corps avec la musique et ne pas se contenter d’enchaîner de simples ph(r)ases.
  • Valeur poétique : la rime doit être maligne, juste et bien troussée et, surtout, elle doit faire corps avec le sujet. L’attaque la plus facile n’est pas toujours la plus efficace…
  • Improvisation : sans doute le critère le plus important dans un tel contest. S’il est souvent possible de préparer quelques cartouches avant de se lancer dans un battle, le format de Red Bull Dernier Mot impose une gymnastique bien plus radicale : face aux sujets imposés, c’est en direct qu’il faut inventer ses propres rimes...

Comment participer

Pour avoir une chance de participer à la première édition de Red Bull Dernier Mot, rien de plus simple : du 11 septembre au 15 octobre, les candidats sont invités à réaliser une vidéo d’improvisation de 60 secondes sur le site redbullderniermot.com et sur l’application Android et iOS Red Bull Dernier Mot.

A partir du 15 octobre, le jury de Red Bull Dernier Mot visionnera l’intégralité des vidéos et sélectionnera les 16 concurrents.

Mais avant de déposer sa candidature, mieux vaut s’entraîner un peu… Dès le 4 septembre, un module de training permettra aux MCs de se familiariser avec les règles et le fonctionnement du contest.

Le principe est simple : le participant sélectionne un beat et lance l'enregistrement de sa session d’improvisation. Toutes les 10 secondes, un nouveau mot apparaît à l'écran, sur lequel il doit improviser et rimer. Le MC peut ensuite visionner sa performance autant de fois qu'il le souhaite et la partager sur les réseaux sociaux.

Attention : si les MCs peuvent lancer autant de sessions training qu’ils le souhaitent, ils n'ont le droit qu'à deux tentatives lorsqu'ils décident d'enregistrer leur véritable vidéo de candidature.

Youssoupha

Aussi à l’aise sur les bancs de la fac que derrière un micro, Youssoupha sait mieux que personne ce que rimer veut dire : artiste complet, il a bâti son succès sur sa capacité à allier le style et le propos, le fond et la forme. Chez lui, la punchline n'est jamais gratuite : elle est à double ou à triple sens et sert avant tout la cohérence du discours, la profondeur du texte. Ce verbe qui n'appartient qu'à lui, qui touche à la fois le cœur, les tripes et le cerveau, fait du rappeur franco-congolais un juge pour le moins exigeant dans un contest comme Red Bull Dernier Mot.

Deen Burbigo

Parmi les fortes tête de la nouvelle scène rap des années 2010, Deen Burbigo occupe une place à part : membre de l'Entourage (1995, Nekfeu...), il n'a jamais tranché entre le son et le sens, transformant ses couplets en un magma de lignes aussi sonores que sensées. Mais il y a plus : au-delà de son écriture technique, Deen Burbigo injecte un supplément d'âme dans ses morceaux ; une interprétation, une théâtralité singulière, héritage direct de ses années passées à arpenter les battles, de Rap Contenders à End Of The Weak. C’est précisément sur ce terrain qu’il attend les MCs : « Un battle ne se joue pas sur le papier : tu peux avoir les meilleures rimes du monde, si tu n’arrives pas à les vivre, que tu n’embarques pas le public dans ton délire grâce à ton interprétation ou ton style, alors tu cours à ta perte. C’est là que j’attends les participants : je veux du souffle, de la vie, du fun ! »

Stéphane de Freitas

En 2013, Stéphane de Freitas créait Eloquentia, un concours visant à élire le « Meilleur orateur du 9.3 », remettant au goût du jour les notions de débat, d'écoute, d'argumentation. Pour lui, la prise de parole, l'art de débattre, d'écouter l'autre pour mieux lui répondre est au cœur du challenge. Dans la foulée, il réalisait le documentaire A voix haute ; la force de la parole, une plongée sidérante dans les coulisses d’Eloquentia, un laboratoire où l'on recherche tout à la fois la finesse de l'argument et la précision du mot, la justesse du propos et sa valeur poétique…

Mehdi Maizi

Fin connaisseur du hip-hop français, le rédacteur en chef du magazine Abcdrduson.com passé par de nombreux médias (France 4, Deezer...) n'a pas son pareil lorsqu'il s'agit de questionner la rime française. Désormais aux commandes de l'émission « La Sauce » sur OKLM Radio, il interroge quotidiennement les héros de la rime hexagonale, de Kaaris à Ash Kidd et jusqu'aux stars futuristes que vous ne découvrirez que l'an prochain... Hyper attentif à la génération montante des MCs français, il attend Red Bull Dernier Mot comme une heure de vérité : « J’attends des MCs qu’ils prouvent que la nouvelle génération sait encore freestyler. Il existe une sorte de sentiment général qui consiste à penser que ces jeunes rappeurs ne sont bons qu’en studio. Ce sera l’occasion de prouver le contraire… »

Artik

Routard de l'impro, des battles et du clash, le rimeur le plus rapide du pays est bien placé pour juger un battle comme Red Bull Dernier Mot : techniquement impressionant, il est aussi et surtout un rappeur facétieux, plein d'humour et de phases personnelles qui saura à coup sûr apprécier la singularité des MCs en lice. Tout premier champion du monde du battle End Of The Weak (2006), il connaît en effet ce game mieux que personne : « En tant qu’ex-compétititeur, je connais les pouvoirs de l’improvisation mais aussi les sensations que procure le clash. Mais ce que j’attends avant tout de la part des participants, c’est une préparation en amont et un esprit vif, pour être capable de rebondir sur les sujets en temps réel ».

Le DJ
DJ First Mike

Animateur, producteur, DJ de scène ou de soirée, DJ First Mike est une institution : transfuge de la station parisienne Générations 88.2, il officie désormais aux platines de Good Morning Céfran sur Mouv' (Radio France), mais aussi de sa propre émission, First Mike Radio Show. Entre temps, sa culture musicale XXL (hip-hop, reggae, dancehall...) l'a conduit derrière les platines des plus fameuses soirées hip-hop aux côtés de Cut Killer ou DJ Poska. Auteur de dizaines de mixtapes et de compilations, le DJ originaire des Yvelines a gravé son nom à tous les étages de l'histoire du rap français.

Le HOST
M.A.S.S.

L'animation comme l'improvisation sont une seconde nature chez cet ex-membre du crew B.O.S.S. (Joey Starr, Naja...) devenu professeur de musique urbaine au Conservatoire de Nanterre.

MOUV
OKLM
Nous utilisons des cookies pour que ta navigation ait plus de flow. En continuant, tu acceptes leur utilisation. En savoir plus ici