Sur disque comme sur scène, c'est le public qui choisit le vainqueur ! - Red Bull Dernier Mot
20 octobre 2017
Sur disque comme sur scène, c'est le public qui choisit le vainqueur !
Si le battle existe depuis les origines du rap, il ne se joue pas toujours en direct et en public. Mais au final, c’est toujours le public qui gagne…
Sur disque comme sur scène, c'est le public qui choisit le vainqueur !

Le combat de rime ne se vit pas toujours sur scène et en public. L’histoire est émaillée de combats sanglants par disques interposés, sans pour autant perdre l’essence du battle : les embrouilles The Game vs Rick Ross, Lil’ Wayne vs Cash Money Records, Nas vs Jay-Z ou 50 Cent contre le reste du monde ont parfois permis aux MC en lice de générer leurs meilleures punchlines, tout en accordant au jugement du public une influence fondamentale.

Parmi ces clashs, celui qui a opposé, en 1985, le Juice Crew (Queens, NY), à Boogie Down Production (Bronx, NY), est l’un des plus représentatifs. A partir d’une banale querelle au sujet du lieu de naissance du hip-hop - le Bronx ou le Queens ? - les deux crews se sont lancés dans une escalade de violence verbale qui s’est soldée par la mise à mort discographique de l’un des deux concurrents.

L’affaire débute lorsque MC Shan (Juice Crew) public le maxi « The Bridge » (en référence au Queensbridge, le pont qui relie son quartier à Manhattan), sur lequel il affirme que le hip-hop est né dans le Queens, avec force boutades à l’attention des rappeurs des quartiers voisins. Le titre cartonne mais provoque la colère de KRS-One, un MC du Bronx qui affirme le que le hip-hop est né dans son quartier sur le maxi « South Bronx ». MC Shan répond illico et moque KRS-One sur « Kill That Noise » mais KRS-One ne décolère pas : il sort « The Bridge is Over » [« le pont est cassé » – NDLR], en référence au morceau de Shan. En trois minutes, il défonce la totalité du Juice Crew, n’épargne ni le producteur Marley Marl ni Roxane Shanté, membre de la même équipe. « Honnêtement, quand j’ai entendu « The Bridge is Over », je n’aurais pas aimé être à la place de MC Shan, raconte aujourd’hui Big Daddy Kane, alors mentor du Juice Crew. Même si Shan fait partie de mon crew, les rimes de KRS One sont d’une telle beauté et d’une telle violence que je me suis dit qu’il était foutu ». Dont acte : subjugué par la puissance de la rime, la justesse du propos et à la sauvagerie du flow de KRS One, tout New York prend parti pour le rappeur du Bronx qui, de fait, met fin à la carrière discographique de Shan - qui ne s’en relèvera jamais.

Conte cruel mais bien réel, ce battle est une parabole qui illustre parfaitement le rôle du public dans un battle de rap : « Un public conquis, c’est un battle à moitié gagné », confirme Artik, MC multi-titré et juge de Red Bull Dernier Mot.

Dernières news
Reste au courant de ce qui se passe
Voir tout
Si tu as aimé ce contenu,
tu peux dès à présent profiter de bien plus
Inscription
MOUV
Nous utilisons des cookies pour que ta navigation ait plus de flow. En continuant, tu acceptes leur utilisation. En savoir plus ici